Rénovation d'une ferme pour créer une maison, un gîte et un jardin forêt

Mois : août 2021

Rénovation d’un mur d’une ancienne bâtisse

Le long de la maison, un ancien bâtiment non cadastré était présent lors de notre acquisition. Ce bâtiment servait peut être à ranger du bois ou les récoltes. Il y avait très souvent un bâtiment à l’extérieur de la maison en cas d’incendie qui était souvent dû au foin. Vous trouverez des informations intéressantes sur l’habitat du haut jura sur le site du CAUE France-Comté.

Notre idée n’était pas de reconstruire ce bâtiment mais de remonter les fondations à la hauteur existante afin ensuite de poser une terrasse bois qui aura l’avantage d’offrir une vue exceptionnelle sur la montagne, la falaise du cirque d’Orvaz et la nature.

Mur en pierre effondré
Du travail en perspective !

Rénovation du mur à la chaux

Nous avons commencé par chercher le maximum des pierres tombées puis avons petit à petit maçonné les pierres avec un mélange de sable 0/4 mm à maçonner et de la chaux hydraulique NHL 3.5 blanche. Le dosage est d’environ 3 seaux de sable pour un peu plus d’un demi seau de chaux et suffisamment d’eau pour avoir la bonne texture, ni trop sec, ni trop liquide.

Le talent des maçon de l’époque nécessitait bien moins de chaud mais n’étant pas du métier, nous utiliserons donc plus de chaux et plus de mortier que ce qui serait nécessaire. Important, lorsque l’on maçonne des pierres, il faut éviter le ciment qui, étant étanche laisse l’humidité dans le mur. Les ravages des enduits ciments sur les anciennes bâtisses sont sans appel.

Matériel

Comme à chaque chantier, voici une liste des matériels utilisés

  • Pelle
  • Seaux
  • Gants, très important car la chaux, très basique attaque la peau
  • Lunettes (attention aux yeux)
  • Marteau
  • Cordeau
  • Pour tailler les pierres, il est possible d’utiliser un marteau spécial nommé, têtu…!

Place aux truelles… et aux muscles !

Le travail est lancé et la première chose de faite est de purger les pierres qui ne tiennent pas car pas la peine de remonter un mur sur des bases qui ne sont pas stables ! A la truelle et à la balayette, on commence donc par retirer les pierres instables et à nettoyer la poussière et débris de pierres. La végétation, mousses et fougères sont retirées car cela à tendance à déchausser les pierres.

Puis, petit à petit, on cherche la bonne pierre pour ensuite la sceller avec le mortier chaux sable. En montant, on cherche à croiser les pierres, à faire jolie sur les façades tout en comblant le centre avec des pierres de plus petites tailles ou moins intéressantes d’un point de vue esthétique.

Mur en cours de reconstruction en chaux sable
Tout doucement, le mur reprend « vie »
Mur en cours de reconstruction en chaux sable
Et de l’autre côté…

Doucement mais sûrement, le mur remonte. Dans l’angle complétement disparu, on remarque, qu’à priori, ce dernier était arrondi. On s’attelle donc à faire de même.

Mur reconstruit en chaux sable, angle arrondi
Le mur remonté de côté avec la ferme de belle et doux en arrière plan

Puis, pour terminer, les joints des pierres laissées sont également traités pour éviter le déchaussement de celles-ci.

Mur reconstruit en chaux sable
Le mur est remonté, il restera à faire un coffrage pour égaliser l’ensemble afin de poser une terrasse bois

La prochaine étape sera de réaliser un coffrage pour égaliser la hauteur des murs afin que la terrasse soit bien d’aplomb. Cette lisse sera faite dans un mélange de sable/gravier/chaux et une couvertine en métal viendra sans doute dessus pour protéger le mur de la pluie.

Abattage des arbres en périphérie de la ferme

Avec les années sans entretien, les arbres, – essentiellement des frênes – ont bien grandi ! Malheureusement, certains d’entre eux étaient trop proches de la maison et de la toiture. C’est ainsi que nous avons lancé la mission « bucheronnage » !

État des lieux

Comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessous, il y a pas mal d’arbres, pas forcément très gros mais très feuillus à la belle saison. Les feuilles tombent sur le toit, bouchent les chéneaux et favorisent la pousse de la mousse. Le soleil est aussi caché, nous allons donc agir pour changer cela ! Comme annoncé un peu plus haut, il s’agit de frênes et cette espèce est capable de repartir, nous traiterons donc les souches comme des arbres têtards afin de faire du bois de chauffage tout en évitant de les laisser monter trop haut.

Arbres à couper autour de la ferme
Les frênes sont nombreux et proches de la maison

Équipements

Comme toujours, pour travailler efficacement et en sécurité, il faut le matériel adapté.

  • Une tronçonneuse Dolmar avec un guide de 45 cm
  • Un pantalon de sécurité anti coupure
  • Des gants de sécurité
  • Un casque de bucheron (protection oreilles, casque et visière)
  • Une hache et des coins d’abatage
  • Un merlin et coins pour fendre
  • Un tirefor pour éviter que les arbres ne tombent sur la maison
  • Un broyeur pour réduire les branches sur place

Au delà de l’équipement, abattre des arbres reste un exercice dangereux. Il faut donc bien se renseigner pour savoir comment abattre un arbre dans les meilleures conditions.

Place à l’action

Nous commençons par faire tomber les trois premiers arbres sur l’axe sud

Découpage d'un arbre à la tronconneuse
Je cré le trait d’abatage permettant de donner la direction de chute.

Vidéo de la chute de l’arbre

L’arbre tombé est ensuite coupé en morceaux d’un mètre et les branches sont broyées.

Fendage des morceaux de bois d'un mètre
Le bois est fendu en quartier à l’aide d’un merlin et de coins métaliques
Tas de bois et paysage forestier
Le tas de bois commence à se former , nous attaquons la façade sud
Abattage de précision le long de la ferme
Abatage de précision, merci au tirefor et à Florence qui s’occupait de « pomper »

Faire du bois est un travail exigeant physiquement, ce n’est pas pour rien que l’on dit que le bois réchauffe plusieurs fois avant de réellement nous chauffer l’hiver !

La ferme redécouvre la lumière suite à l'abatage d'arbres
La maison « respire »

Au final, nous avons dû faire environ 10 stères, ce bois nous servira à chauffer le poêle de l’habitation et/ou du futur gîte du haut Jura !

La ferme redécouvre la lumière suite à l'abatage d'arbres
L’exposition sud est également complétement ouverte au soleil

C’est tout pour ce reportage concernant l’abatage des arbres « gênants », à bientôt pour d’autres aventures !

Florence et Loïc

Piquetage de l’enduit chaux

C’est les congés et comme chaque année, nous venons bricoler l’ancienne ferme de belle et doux pour avancer sur les choses simples mais chronophages. Nous jetons notre dévolu sur le piquetage des enduits chaux de l’ancienne habitation de la ferme. Cette ancienne habitation deviendra le gîte et est composée de 3 pièces au rez-de-chaussée et de 2 chambres à l’étage. Nous avons commencé par la pièce du fond ou était installé une cuisinière à bois et la table de tailleur de pierre. Le besoin d’enlever cet enduit est motivé par la future isolation que nous viendrons mettre par la suite. Cela pourrait être un enduit chaux chanvre ou une laine de bois et quoi qu’il en soit, l’enduit d’origine doit être retiré pour ne pas interférer dans le bon fonctionnement de l’isolant.

L'enduit chaux est buriné pour faire apparaître les pierres afin de ne pas interférer avec l'isolant
L’enduit chaux est buriné pour faire apparaître les pierres afin de ne pas interférer avec l’isolant

L’outil miracle et pas d’enduit ciment !

Nous avons misé sur un burineur de la marque Bosch Pro. Vu qu’il s’agit par chance uniquement d’enduit à la chaux, il n’y a pas besoin d’avoir une machine surpuissante. Il faut surtout qu’elle ne soit pas trop lourde et nous avons fait le choix de la référence GBH-4-32 DFR. Un outil relativement cher mais bougrement efficace et disposant d’un système anti vibration ! On peut également l’utiliser en tant que perforateur (pierre, béton, bois…). L’outil pèse environ 4 kg et c’est le bon compromis selon mes différentes recherches.

Burineur bosch pro et morceau de bois permettant de clouer les plinthes
Burineur bosch pro et morceau de bois permettant de clouer les plinthes

Découverte d’une ancienne porte et un équipement adéquate

En piquetant l’enduit, je découvre assez rapidement qu’une ancienne porte a été murée. Il est possible qu’elle soit ré-ouverte en fenêtre pour apporter plus de luminosité à la pièce ! J’en profite pour vous parler de l’équipement que je porte, chaussure de sécurité, masque à cartouche pour la poussière, lunettes de protection et casque anti bruit 3M. La poussière est vite importante alors n’oubliez pas un bon masque ! Il reste plus qu’à piqueter et à évacuer les gravats qui sont composés de chaux, sable et sûrement un peu de terre. Le volume est vite important que l’épaisseur de l’enduit varie de 1 à 6 cm parfois !

Une ancienne fenêtre murée qui sera peut être ouverte de nouveau !
Une ancienne fenêtre murée qui sera peut être ouverte de nouveau !

Les anciennes chevilles Molly (ou autre)

Nous avions remarqué une drôle de méthode pour tenir les plinthes en bas des murs ou des décorations en bois. J’en fais donc un petit paragraphe car c’est assez malin. Les anciens taillaient un morceau de bois et l’enfonçait dans le mur afin de pouvoir clouer des objets décoratifs ou non d’ailleurs !

Ancien morceau de bois permettant de clouer plinthe ou objets décoratifs dans un mur en pierre
Ancien morceau de bois permettant de clouer plinthe ou objets décoratifs dans un mur en pierre

Quelques photos et vidéo du piquetage de l’enduit

Piquetage de la chambre du R+1 terminée
Piquetage de la chambre du R+1 terminée
 chambre du RDC terminée
Piquetage de l’enduit de la chambre du RDC terminée
Piquetage dans la future cuisine du gîte à belleydoux terminé, ce mur devrait rester pour partie visible
Piquetage dans la future cuisine du gîte à belleydoux terminé, ce mur devrait rester pour partie visible

© 2022 belle-et-doux

Theme by Anders NorenUp ↑