Rénovation d'une ferme et d'un gîte, le tout entouré d'un jardin forêt

Catégorie : Jardin

Équipements thermiques pour s’occuper du jardin et faciliter les travaux à belle-et-doux !

Une fraise à neige

En montagne, la neige est un bonheur pour les petits et les grands. Par-contre, pour pouvoir se déplacer en voiture et à pieds, il est nécessaire de déneiger rapidement et efficacement. Les surfaces à déneiger étant importantes (chemin de 30 m et la zone de retournement et de parking d’environ 150 m², nous avons fait le choix d’acquérir une fraise à neige reconnue pour sa marque. Je vous invite à aller lire l’article sur la création du chemin d’accès et du parking et de son retournement par ici : Un chemin d’accès pour venir au gîte de belle-et-doux !

essai de la fraise à neige Honda hss 970
Florence et notre fille font un essai de la fraise à neige Honda hss 970

C’est une machine d’occasion sur chenilles. Il s’agit du modèle Honda HSS 970. Nous avons cherché une occasion sur Leboncoin un bon moment avant de jeter notre dévolu sur ce modèle qui à des chenilles et propose un démarrage électrique tout comme le pivotement de la goulotte d’évacuation. Une vraie chance car son ancien propriétaire est passé au déneigement via une lame et un quad. L’appareil est capable d’évacuer plusieurs dizaines de tonnes de neige par heure et offre une argeur de travail de 70 cm et une hauteur d’au moins 60 cm ! Ici à Belleydoux, à 750 mètres d’altitude, nous avons vu les dernières années jusqu’à 60 à 70 cm de neige cumulés !

Nous aurons ainsi de quoi déneiger le chemin d’accès à la ferme. Le chemin communal étant lui déneiger par l’employé communal et un tracteur. Nous remercions au passage la commune de Belleydoux et son employé d’avoir acceptés de déneiger le chemin communal (environ 60 m) !

Petite vidéo d’un essai avec notre fils

Une tondeuse débroussailleuse Kiva Apollo 8.2

Pour tondre et débroussailler l’hectare de verger et prairie, nous avons investi dans une machine de marque Française (Kiva). C’est une machine permettant de couper les herbes et les broussailles jusqu’à 4 cm de diamètres. A notre arrivée, les pairies avaient tendances à se refermer et nous avons donc débroussailler les ronces et aubépines pour planter notre jardin forêt et le verger.

Florence test la tondeuse débroussailleuse Kiva Apollo 8.2

Voir nos deux articles :

Une brouette à chenille pour transporter les matériaux

Pour Transporter les pierres, le sable, la chaux etc, nous avons une brouette manuelle mais vu les volumes de matériaux à transporter et vu les pentes omniprésentes sur le terrain, nous avons fait le choix d’acquérir une brouette à chenilles thermique. On appelle également cet engin un dumper ou mini dumper.

Utilisation de la brouette à chenille dans la neige pour descendre des parpaings qui seront utilisés pour créer l'assainissement Aquatiris
Utilisation de la brouette à chenille dans la neige pour descendre des parpaings qui seront utilisés pour créer l’assainissement Aquatiris

Cet outil est devenu rapidement un outil indispensable dans bien des travaux que nous n’hésiterons pas à vous partager. La brouette est capable de porter jusqu’à 400 kilos et est capable de travailler en pente. Nous l’avons même essayé sur la neige et cela fonctionne très bien ! La caisse permet charger des objets d’un mètre de long sur environ 60 cm de large. Les ridelles peuvent s’ouvrir et proposer un espace plus important mais il faudra alors s’assurer de bien arrimer le matériel transporté. Avec 3 vitesses en avant et en arrière, il est assez simple de diriger l’engin à l’aide des manettes disponibles permettant entre autre de bloquer la chenille droite ou gauche.

Une bétonnière Altrad 350

Pour le chaux chanvre et pour les dalles chaux ou ciment, nous avons investi dans une très bonne bétonnière. Avec son volume de 350 litres et 280 litres de malaxage, il est possible de passer 2 sacs de ciment de 35 kg. Nous l’utiliserons principalement pour le chaux chanvre (béton de chanvre) pour isoler certains murs. Vous trouverez un article sur ce sujet sur cet article. Pour que le mélange soit bon et homogène, il est préconisé d’avoir une grosse cuve ou un malaxeur à axe vertical. Nous espérons que la machine permettra un travail rapide, facilité et efficace !

Bétonnière Altrad 350, moteur Honda
Bétonnière Altrad 350, moteur Honda

La bétonnière étant lourde (305 kg), elle dispose d’un timon de tractage et avec une pièce achetée en option (80 €), il est possible de l’atteler sur une boule classique. Ce sera pratique pour la rapprocher du chantier et la ranger voire la prêter ou la louer. La création d’un réseau fait aussi partie de notre démarche car la solidarité reste une arme indispensable pour tendre vers l’autonomie.

Un 4X4 et une remorque

Je sais que là on touche un peu au sensible car un 4×4, c’est souvent mal vu. Pourtant, dans le cas d’une rénovation comme la notre c’est un équipement bien important. Entre les matériaux à évacuer ou à emmener, je vous assure qu’un véhicule de ce type est vite indispensable. En outre, les 3 premières années ou nous étions propriétaires, la maison n’était pas desservie par un chemin. Un 4×4 était donc indispensable pour y accéder. C’est d’ailleurs ce qui avait déclenché cet achat en remplacement de notre ancien véhicule. C’est un véhicule 7 places, ce qui permet parfois d’éviter de prendre 2 voitures. Pour le modèle, il s’agit un Mitsubishi Pajero IV de 2011.

Pour lire l’article sur la création du chemin d’accès, c’est par ici : Un chemin d’accès pas si simple

Mitsubishi Pajero iv avec sa remorque et une balle de paille pour le paillage du jardin forêt
Mitsubishi Pajero iv avec sa remorque et une balle de paille de lin de 500 kg pour le paillage du jardin forêt

Associé à cela, une remorque 750 kg (avec une charge utile de 500 kg) a été achetée pour tracter du volume et du pois à l’arrière du 4×4. Nous avons aussi comme projet de passer un permis B afin d’acheter une remorque permettant de porter beaucoup plus de poids car 500 kilos de charge utile reste très limité lorsque l’on souhaite transporter des matériaux lourds comme du sable. Nous ferons à terme l’acquisition d’une remorque permettant de porter au moins 1.5 t afin de pouvoir tracter un big bag de sable par exemple.

Création d’un chemin d’accès à la ferme belle et doux !

Les travaux

Après avoir rencontré trois sociétés de travaux publics, nous retenons la société AA-TP qui est une petite entreprise gérée par Alix. Ce dernier semble compétent et nous conseil et fait suivre un devis qui semble raisonnable. Le courant passe bien et nous lui validons le devis bien détaillé après la visite sur le terrain.

La ferme de belle et doux en automne sans son chemin d’accès

Nous profiterons des engins de chantier pour décaisser la partie haute de la maison et créer la tranchée et le bassin pour le futur assainissement en phytoépuration conçu par Aquatiris et pour lequel nous allons gérer l’auto-construction.

Le premier camion de roche se faufile sur le chemin communale de bas belleydoux

Sur le haut du chemin, il sera nécessaire de ramener de gros blocs de pierre afin de stabiliser la descente. Plus bas, au contraire la roche sera malheureusement présente ce qui engendrera un surcoût dans l’utilisation du brise roche hydraulique (brh).

La pelleteuse de 18 tonnes entre en action

La suite du chantier

Ces photos m’ont été envoyées par Alix de AA-TP (merci à lui)

Environ 200 tonnes de matériaux seront apportés pour la création de ce chemin. Une pelleteuse 18 t accompagné d’un camion benne permettront de connecter enfin la ferme de belle et doux aux réseaux routier. Le début d’une belle aventure !

Le chemin prend sa forme de virgule
Le bas a été terrassé pour assurer un retournement et un futur bâtiment qui offrira un carport 3 places, un atelier en ossature bois et un bûcher ! Bâtiments que nous allons autoconstruire

La partie basse mais d’un autre point de vue, on remarque que la roche était par endroit assez proche du sol ce qui a nécessité l’utilisation du brise roche

Vidéo du début du chantier

Le début du chantier avec la pelleteuse Cat de 18 T
Le chemin enfin visible après plusieurs semaines sous la neige !
Le chemin enfin visible après plusieurs semaines sous la neige !

Merci à Alix, Valentin et l’équipe pour leur professionnalisme et leur rigueur. Nous recommandons fortement leurs services ici dans le haut Jura et ailleurs !

Rénovation d’un mur d’une ancienne bâtisse

Le long de la maison, un ancien bâtiment non cadastré était présent lors de notre acquisition. Ce bâtiment servait peut être à ranger du bois ou les récoltes. Il y avait très souvent un bâtiment à l’extérieur de la maison en cas d’incendie qui était souvent dû au foin. Vous trouverez des informations intéressantes sur l’habitat du haut jura sur le site du CAUE France-Comté.

Notre idée n’était pas de reconstruire ce bâtiment mais de remonter les fondations à la hauteur existante afin ensuite de poser une terrasse bois qui aura l’avantage d’offrir une vue exceptionnelle sur la montagne, la falaise du cirque d’Orvaz et la nature.

Mur en pierre effondré
Du travail en perspective !

Rénovation du mur à la chaux

Nous avons commencé par chercher le maximum des pierres tombées puis avons petit à petit maçonné les pierres avec un mélange de sable 0/4 mm à maçonner et de la chaux hydraulique NHL 3.5 blanche. Le dosage est d’environ 3 seaux de sable pour un peu plus d’un demi seau de chaux et suffisamment d’eau pour avoir la bonne texture, ni trop sec, ni trop liquide.

Le talent des maçon de l’époque nécessitait bien moins de chaud mais n’étant pas du métier, nous utiliserons donc plus de chaux et plus de mortier que ce qui serait nécessaire. Important, lorsque l’on maçonne des pierres, il faut éviter le ciment qui, étant étanche laisse l’humidité dans le mur. Les ravages des enduits ciments sur les anciennes bâtisses sont sans appel.

Matériel

Comme à chaque chantier, voici une liste des matériels utilisés

  • Pelle
  • Seaux
  • Gants, très important car la chaux, très basique attaque la peau
  • Lunettes (attention aux yeux)
  • Marteau
  • Cordeau
  • Pour tailler les pierres, il est possible d’utiliser un marteau spécial nommé, têtu…!

Place aux truelles… et aux muscles !

Le travail est lancé et la première chose de faite est de purger les pierres qui ne tiennent pas car pas la peine de remonter un mur sur des bases qui ne sont pas stables ! A la truelle et à la balayette, on commence donc par retirer les pierres instables et à nettoyer la poussière et débris de pierres. La végétation, mousses et fougères sont retirées car cela à tendance à déchausser les pierres.

Puis, petit à petit, on cherche la bonne pierre pour ensuite la sceller avec le mortier chaux sable. En montant, on cherche à croiser les pierres, à faire jolie sur les façades tout en comblant le centre avec des pierres de plus petites tailles ou moins intéressantes d’un point de vue esthétique.

Mur en cours de reconstruction en chaux sable
Tout doucement, le mur reprend « vie »
Mur en cours de reconstruction en chaux sable
Et de l’autre côté…

Doucement mais sûrement, le mur remonte. Dans l’angle complétement disparu, on remarque, qu’à priori, ce dernier était arrondi. On s’attelle donc à faire de même.

Mur reconstruit en chaux sable, angle arrondi
Le mur remonté de côté avec la ferme de belle et doux en arrière plan

Puis, pour terminer, les joints des pierres laissées sont également traités pour éviter le déchaussement de celles-ci.

Mur reconstruit en chaux sable
Le mur est remonté, il restera à faire un coffrage pour égaliser l’ensemble afin de poser une terrasse bois

La prochaine étape sera de réaliser un coffrage pour égaliser la hauteur des murs afin que la terrasse soit bien d’aplomb. Cette lisse sera faite dans un mélange de sable/gravier/chaux et une couvertine en métal viendra sans doute dessus pour protéger le mur de la pluie.

Abattage des arbres en périphérie de la ferme

Avec les années sans entretien, les arbres, – essentiellement des frênes – ont bien grandi ! Malheureusement, certains d’entre eux étaient trop proches de la maison et de la toiture. C’est ainsi que nous avons lancé la mission « bucheronnage » !

État des lieux

Comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessous, il y a pas mal d’arbres, pas forcément très gros mais très feuillus à la belle saison. Les feuilles tombent sur le toit, bouchent les chéneaux et favorisent la pousse de la mousse. Le soleil est aussi caché, nous allons donc agir pour changer cela ! Comme annoncé un peu plus haut, il s’agit de frênes et cette espèce est capable de repartir, nous traiterons donc les souches comme des arbres têtards afin de faire du bois de chauffage tout en évitant de les laisser monter trop haut.

Arbres à couper autour de la ferme
Les frênes sont nombreux et proches de la maison

Équipements

Comme toujours, pour travailler efficacement et en sécurité, il faut le matériel adapté.

  • Une tronçonneuse Dolmar avec un guide de 45 cm
  • Un pantalon de sécurité anti coupure
  • Des gants de sécurité
  • Un casque de bucheron (protection oreilles, casque et visière)
  • Une hache et des coins d’abatage
  • Un merlin et coins pour fendre
  • Un tirefor pour éviter que les arbres ne tombent sur la maison
  • Un broyeur pour réduire les branches sur place

Au delà de l’équipement, abattre des arbres reste un exercice dangereux. Il faut donc bien se renseigner pour savoir comment abattre un arbre dans les meilleures conditions.

Place à l’action

Nous commençons par faire tomber les trois premiers arbres sur l’axe sud

Découpage d'un arbre à la tronconneuse
Je cré le trait d’abatage permettant de donner la direction de chute.

Vidéo de la chute de l’arbre

L’arbre tombé est ensuite coupé en morceaux d’un mètre et les branches sont broyées.

Fendage des morceaux de bois d'un mètre
Le bois est fendu en quartier à l’aide d’un merlin et de coins métaliques
Tas de bois et paysage forestier
Le tas de bois commence à se former , nous attaquons la façade sud
Abattage de précision le long de la ferme
Abatage de précision, merci au tirefor et à Florence qui s’occupait de « pomper »

Faire du bois est un travail exigeant physiquement, ce n’est pas pour rien que l’on dit que le bois réchauffe plusieurs fois avant de réellement nous chauffer l’hiver !

La ferme redécouvre la lumière suite à l'abatage d'arbres
La maison « respire »

Au final, nous avons dû faire environ 10 stères, ce bois nous servira à chauffer le poêle de l’habitation et/ou du futur gîte du haut Jura !

La ferme redécouvre la lumière suite à l'abatage d'arbres
L’exposition sud est également complétement ouverte au soleil

C’est tout pour ce reportage concernant l’abatage des arbres « gênants », à bientôt pour d’autres aventures !

Florence et Loïc

Un problème de chemin d’accès

La ferme de Belle et Doux n’était pas connectée au réseau routier à notre arrivée. C’est pourquoi lors des 3 premières années, nous avons utilisé un 4X4 pour pouvoir nettoyer et commencer certains travaux. L’ancien accès à la maison s’effectuait autrefois par un petit chemin en contre bas de la maison. C’est pourquoi, l’habitation de la maison s’effectuait par le bas. Le haut de la maison hébergeait des chambres et la grange.

Schéma du projet du chemin d'accès à la ferme belle et doux
Schéma du projet du chemin d’accès à la ferme belle et doux avant achat des parcelles voisines

Notre projet par-contre demande un accès par le haut et le chemin d’accès doit se faire par l’ancienne route communale puis à travers champs. Lors de l’achat de la ferme, la parcelle qui nous connecte à l’ancienne route n’est pas très large et pentue. Nous avons donc demandé à nos voisins du dessus de nous accorder un droit de passage sur une parcelle contigüe ce qui offre un peu plus de largeur afin d’effectuer deux virages dans la pente. Finalement, nous validons l’achat de trois parcelles ce qui nous permettra de créer un chemin ayant une forme de virgule et qui sera bien plus efficace au quotidien.

Seconde version d’accès à la ferme, bien plus efficace car moins pentu et étroit

Pour suivre le récit de la création du chemin, venez vite lire cet article « Création d’un chemin d’accès pour la ferme de belle et doux« 

Les débuts d’un jardin forêt

Un des objectifs de notre venue sur ce coin de nature qu’est le haut Jura est de créer un lieu productif en fruits et légumes et quoi de mieux pour ce faire d’envisager rapidement la création d’un jardin forêt ! Nous sommes situé à 750 mètres d’altitudes, avec la majorité des parcelles orientées Sud/Sud-Ouest. Le climat est assez marqué entre les saisons du fait de notre position en altitude. Notre zone de rusticité est associée à la classe (USDA) 7a ce qui peut nous apporter des températures jusqu’à -18 °C. La neige semble être encore présente chaque hiver mais aux dires des anciens, ce n’est vraiment plus beaucoup en quantité par rapport à il y a 50 ans. Nous avons tout de même vu en 3 années des accumulations parfois assez importantes (60 cm). Le réchauffement climatique est indéniable et c’est aussi pour cela que nous avons cherché un lieu à moyenne altitude.

Photo depuis un drone de la principale parcelle de jardin forêt
Photo depuis un drone de la principale parcelle de jardin forêt

Un jardin forêt, kesako ?

Le jardin forêt est un concept assez récent, un peu connecté au mécanisme de permaculture. L’idée est d’imiter les capacités de la nature à créer une forêt sauf qu’ici l’objectif est de créer une forêt productive pour redevenir davantage un cueilleur. Les arbres ont l’avantage d’être souvent très productifs sans avoir à faire beaucoup d’entretien comme c’est le cas sur un jardin potager. L’autre aspect est bien évidemment d’avoir une diversité maximum de végétaux afin d’obtenir une abondance et une résilience si jamais, par exemple il faisait trop chaud ou trop froid une année.

Connaissances

Avant de nous lancer et même si nous possédions des connaissances sur le jardin et les plantes, nous avons pris le temps de nous renseigner sur le concept des jardins forêts et de la permaculture au travers d’ouvrages et de vidéos sur Internet. Dans ce domaine, nous recommandons fortement la lecture du livre de Damien Dekarz

La forêt comestible de Damien Dekarz

et le livre de Martin Crawford qui tient de référence dans le domaine.

Jardin forêt de Martin Crawford

Nous avons également parcouru d’autres livres notamment des livres de chez Rustica et le très bon guide sur Vivre en autonomie, qui apportera d’autres axes que la seule forêt (poules…)

Le design

Le design en permaculture ou en jardin forêt a évidemment son importance. Selon la topographie des lieux, de votre sol, de vos parcelles, de votre orientation, de votre climat et de vos envies, il faudra envisager un design. Le design est quelque chose d’assez technique tant les paramètres à prendre en compte sont nombreux. De notre côté, nous avons assez longuement réfléchi sur la disposition des différents végétaux, du futur jardin etc en fonction de nos parcelles et de leurs qualités et défauts. Ce que je pense également c’est que rien n’est jamais figé et qu’en fonction des résultats que l’on obtiendra, on sera évidemment amené à faire des adaptations sur tout un tas d’aspects. C’est aussi en faisant des erreurs que l’on apprend !

Vue aérienne prise par drone sur la ferme de belle et doux
Vue aérienne prise par drone sur la ferme de belle et doux

Les premières plantations

Nous avons entamé une grosse plantation entre l’automne et l’hiver 2020-2021. Avec les confinements successifs, nous avons surtout planté fin d’hiver. Il nous paraissait important de planter rapidement pour que les plantes puissent profiter d’environ 2 années avant notre arrivée. Ceci permettra à certaines espèces d’être productives à notre arrivée.

Arrivée des arbres sur la propriété de belle et doux
Arrivée des arbres fruitiers sur la propriété

Les grands fruitiers greffés sur francs eux mettront au moins 5 ans pour rentrer en production. Nous avons planté environ 250 arbres et arbustes pour la plus part comestibles (fruitiers, petits, fruits, plantes perpétuelles, fixateurs d’azote, plantes mellifères et grimpantes comme des vignes, kiwi, kiwai…). A savoir que nous avons déjà 2 grands noyers et des fruitiers redevenus sauvages, signe d’anciens vergers !

Plantation du jardin forêt, tout le monde s'y met !
Plantation du jardin forêt, tout le monde s’y met !

Les arbres et arbustes sont maintenus par des poteaux en bois afin d’être maintenu le temps de leur croissance. Le vent peut parfois être présent et la neige assez épaisse ! Le trou de plantation a été effectué à la main. Nous avons ajouté un peu de terreau à chaque trou ainsi qu’un peu de cornes broyées et de poudre de mycorhizes. Concernant la logique générale, nous avons fait en sorte de mettre les plus grands arbres en hauteur et donc côté nord afin que les plantes de devant profitent du soleil. Les pieds des végétaux ont été abondamment paillés et nous remettons de la paille dès que nécessaire. Nous mettons également de la tonte lorsque nous tondons. A la plantation, un arrosage a été effectué et nous veillons sur la pluviométrie pour, au besoin, aller arroser via une cuve de 1000 litres que nous stationnons en haut sur le chemin. L’eau que nous récupérons d’une source descend alors par simple gravité dans un long tuyau.

Entretien de la parcelle avec une tondeuse débroussailleuse Kiva Apollo 8.2
Entretien d’une parcelle avec une tondeuse débroussailleuse Kiva Apollo 8.2 (Florence)

Choix des végétaux

Pour le choix des végétaux, nous nous sommes largement inspiré des deux ouvrages listés en haut de l’article et des découvertes sur les vidéos de Youtubeurs tels Damien Dekarz ou la Petite Ortie dans la prairie. N’hésitez pas également à aller faire un tour sur la chaîne de l’incroyable projet de La Forêt Gourmande

Le choix de nos végétaux est disponible sur ce lien Google Drive et il reprend tout ce que l’on a planté sur cette première session plutôt intense il est vrai ! Le tout a été planté sur 3 gros week-end, autant dire que nous n’avons pas fait semblant !

https://drive.google.com/file/d/1voQ7dy_rFNP9nGHTf5C0ZPeBb9_vQDqy/view?usp=sharing

Je ferai un retour avec le temps pour vous dire ce qui a fonctionné ou non. Nous avons acheté sur différentes pépinières en fonction de ce que ces dernières offraient comme végétaux. Nous nous sommes concentrés surtout sur les plantes classiques et efficaces comme les cerisiers, pommiers etc et quelques raretés comme le pommier Kazakh ou l’Asiminier. Cette première salve représente un investissement certain et nous surveillerons bien évidemment la pluviométrie sur les deux premiers été. Cet été 2021 semble pour l’instant frais et humide ce qui est le bienvenu !

Plantation de légumes et de pommes de terre sur gazon
Plantation de légumes et de pommes de terre sur gazon

© 2022 belle-et-doux

Theme by Anders NorenUp ↑